"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

samedi, février 26, 2011

REVOLTES
DESPEUPLESARABES
KADHAFI
AUXABOIS
Source : tf1nnews.fr avec Agences
en ligne le 26 janvier



Libye :
"On n'arrête pas d'entendre
des coups de feu"


Alors même que la milice Khamis, fidèle à Kadhafi, disposerait à Tripoli de 9000 combattants, de chars et d'avions, des quartiers entiers de la capitale semblent aux mains des opposants. "Ils tirent sur des civils sans armes", accuse un habitant.



Or c'est précisément dans la capitale que sont concentrés les partisans du "Guide", au pouvoir depuis plus de 40 ans : la milice Khamis disposerait à Tripoli de 9000 combattants, de chars et d'avions, selon des informations non confirmées. Les forces loyales au régime ont tiré vendredi sur des manifestants en plein coeur de la capitale, faisant au moins deux morts dans le quartier populaire de Fachloum, selon un témoin. La télévision officielle l'a démenti. "Ils tirent sur des civils sans armes qui sortent de la prière", a déclaré un habitant du quartier résidentiel de Ben Achour. Pour sa part, pris entre l'opposition armée qui affirme avoir libéré la région pétrolifère de l'Est, autour de Benghazi, et des combats violents à l'Ouest, le colonel Kadhafi a demandé vendredi à ses partisans de se préparer à "défendre la Libye", selon des images diffusées par la télévision d'Etat. "Nous allons nous battre et nous les vaincrons" et "s'il le faut, nous ouvrirons tous les dépôts d'armes pour armer tout le peuple", a-t-il lancé à la foule sur la place Verte à Tripoli.

Mutineries dans l'armée

Alors que des mutineries affectent l'armée, Saïf al Islam, fils du dirigeant libyen, a minimisé vendredi l'étendue des combats entre partisans et adversaires du régime et a indiqué qu'il espérait un cessez-le-feu négocié dans les villes de Musratha, troisième ville du pays, et de Zaouiah. En revanche, "à part à Musratha et à Zaouiah, tout est calme", a-t-il déclaré.

Selon des témoins, le centre de Zaouiah, situé à 50 km à l'ouest de la capitale, serait sous le contrôle des rebelles. Les récits des déplacés confirment la violence des combats dans cette ville portuaire où se trouvent des raffineries de pétrole. "Il y avait des cadavres partout. (...) C'est une guerre au sens propre du terme", a déclaré l'un d'eux, qui a réussi à fuir Zaouiah et à gagner la frontière tunisienne.

En revanche, dans l'est du pays, le leader libyen a déjà clairement perdu la main. A Tobrouk, un millier de personnes brandissant des drapeaux de la monarchie du roi Idriss Senoussi, symbole de l'insurrection, ont manifesté vendredi. "Libye libre, Kadhafi dehors", "Le peuple veut la chute du régime", ont-ils lancé. A Benghazi, les opposants ont formé un conseil municipal pour rétablir l'ordre et remettre en route les services publics.

Aucun commentaire: