"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

"LES MUSULMANS ET LE SEXE" de NADER ALAMI Editions GUMUS

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Recueil de Poésie en Hommage à Jenny Alpha

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma Ed Universlam

Couv "LES PLEURS DU MÂLE" Recueil de Slams d'Aimé Nouma  Ed Universlam

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions

CAMILLE CLAUDEL Naissance d'une vocation parJeanne Fayard Rivages Editions
Sortie en librairie début mai 2013

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE

A LA RECHERCHE D'UNE MEMOIRE PERDUE
de GISELE SARFATI Editions PLUMES et CERFS-VOLANTS

jeudi, mars 02, 2006

PASSERELLE

Source : lemonde.fr daté du 2 mars 2006




La justice ivoirienne se prononce
pour l'extradition de Youssouf Fofana


La chambre d'accusation de la cour d'appel d'Abidjan a donné, jeudi 2 mars, un avis favorable à l'extradition vers la France de Youssouf Fofana, chef présumé du gang qui a enlevé et torturé à mort Ilan Halimi, a annoncé le ministre de la justice ivoirien, Mamadou Koné. Après cet avis, qui n'est pas susceptible de recours, un décret d'extradition doit être signé par le président ivoirien, Laurent Gbagbo, ouvrant la voie au retour de M. Fofana en France. Celui-ci pourrait avoir lieu

Abidjan avait proposé une expulsion
La Côte d'Ivoire était disposée à expulser Youssouf Fofana vers la France, mais les autorités françaises ont préféré passer par une procédure d'extradition en bonne et due forme, a expliqué jeudi le porte-parole du ministère de la justice ivoirien."Nous avions proposé dès le début qu'il soit simplement expulsé vers la France, ce qui nous éviterait un procès et aurait pour avantage d'être très rapide et très efficace", a déclaré Ali Yeo à la chaîne de télévision LCI. "Mais lorsque les autorités judiciaires françaises ont souhaité que ce soit la procédure d'extradition, nous l'avons tout de suite mise en route", a-t-il ajouté. – (Avec Reuters.)
Le ministre des affaires étrangères français, Philippe Douste-Blazy, a salué dans un communiqué la décision de la justice ivoirienne.
L'audience, qui s'est déroulée à huis clos, avait commencé à la mi-journée devant la chambre d'accusation de la cour d'appel du tribunal d'Abidjan, après que le palais de justice eut été évacué et les journalistes écartés. Le palais avait été placé sous étroite surveillance, toutes les autres audiences avaient été interrompues, et la police avait fait évacuer en fin de matinée le public et les nombreux journalistes présents, refoulés à l'extérieur du bâtiment.Le président de la chambre avait ordonné le huis clos "pour la sérénité des débats", avait expliqué le porte-parole du ministère de la justice ivoirien. "Le parquet a réuni toutes les preuves de la nationalité française du mis en cause", avait-il ajouté.
Les avocats de Youssouf Fofana ont tenté d'empêcher son extradition vers la France en cherchant à établir la nationalité ivoirienne de leur client, né en France mais dont les parents sont ivoiriens. Les autorités ivoiriennes, qui ont affiché leur volonté d'extrader le suspect, avaient en revanche affirmé que Youssouf Fofana, entré en Côte d'Ivoire avec un passeport français portant un visa ivoirien, est uniquement français.
Youssouf Fofana était arrivé peu avant le début de l'audience au palais de justice depuis la principale prison de la ville, où il est détenu. Après l'audience, il a été ramené vers la Maca, principale prison d'Abidjan, à bord d'un véhicule aux vitres teintées, escorté d'un 4 × 4 rempli de policiers lourdement armés.
La veille de l'audience,il a provoqué un incident dans sa cellule en ingérant "une petite quantité d'eau de Cologne", selon des sources judiciaires ivoiriennes. Il a été examiné par un médecin et le geste n'a eu aucune conséquence sur sa santé. "Il se plaignait en fait de n'avoir aucune visite de sa famille ou de ses proches", selon la source ivoirienne, qui a précisé que Fofana était "détenu dans un endroit connu seulement du directeur et du régisseur" de la prison, et non dans le quartier dit des "assimilés", réservé aux personnalités.

Aucun commentaire: